Senior Flex

«C’est un privilège: grâce à Senior Flex, j’ai pu adapter mon taux d’occupation à mes besoins.»

«La vue est formidable, non?» Quand le ciel est dégagé, on peut voir l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau depuis la terrasse de Markus Amstutz. L’homme de 66 ans est à la retraite depuis quatre ans. «Les coups du sort dont j’ai été témoin m’ont poussé à lever le pied plus tôt que prévu.» Sa nouvelle devise: profiter du temps présent et privilégier la qualité de vie, sans pour autant quitter définitivement le monde du travail.

Senior Flex, un modèle généreux

A 59 ans, Markus Amstutz, ancien responsable Gestion des plaintes, a décidé de réduire son taux d’occupation à 80%. «J’étais ravi quand j’ai entendu parler du modèle de travail Senior Flex. Ce modèle permet de réduire le taux d’occupation et l’entreprise continue à verser le même montant de cotisations à la caisse de pension. C’est merveilleux!» Pour lui, c’est une preuve de la reconnaissance d’AXA pour le travail qu’il a fourni tout au long des années. Si, depuis, Markus Amstutz est parti à la retraite, il n’a pu se résoudre à arrêter complètement le travail.

Sur les pistes de Flims

Un agenda bien rempli

«J’ai la chance de pouvoir effectuer encore quelques heures.» Markus Amstutz replonge quelques jours par mois dans le monde professionnel d’AXA. «C’est agréable de pouvoir continuer d’apporter sa pierre à l’édifice. Comme je vois rarement les gens de mon équipe, c’est toujours une grande joie de se revoir au bureau.» Le seul inconvénient pour Markus, c’est l’échange des informations. Il reçoit néanmoins par e-mail toutes les informations essentielles. Et pour les sujets importants, son supérieur le contacte par téléphone. Il arrive que Markus soit en train de dévaler une piste lorsque le téléphone sonne.

Flims, Flims, et encore Flims

Markus est en effet un passionné de ski, ainsi qu’un adepte de la randonnée. Il passe toujours l’hiver à Flims. «Pour installer les mises à jour logicielles sur mon ordinateur portable professionnel, je passe à l’agence de Flims», explique-t-il. Mais il dit apprécier l’expérience.

Et sa famille? «J’adore avoir plus de temps pour mes deux petits-enfants et ma femme.» Bien entendu, les tâches ménagères font également partie du quotidien du retraité: «Je suis responsable de la propreté.» Adepte de technologie, il nous présente fièrement son robot aspirateur. «C’est quand même fantastique: je n’ai qu’à le regarder travailler», dit-il avec un clin d’œil. Avant de s’octroyer une pause café.

Partager l’article