La passion des expériences

«J’en suis la preuve vivante: avoir des enfants n’empêche pas d’accéder à des responsabilités professionnelles. Je veux inciter les jeunes femmes à tenter les deux aventures.»

Bettina Zahnd a les yeux qui brillent quand elle évoque la comète Tchourioumov-Guérassimenko. Il faut dire qu’elle a mis au point un appareil pour mesurer la queue de cette comète. Aujourd’hui, la physicienne est revenue sur la terre ferme, ou plus exactement sur le bitume. Elle analyse en effet, pour le compte d’AXA, les causes des accidents sur les routes suisses et cherche à les prévenir.

La passion des expériences

«Je ne corresponds pas au stéréotype du physicien», rit-elle. Tenir les rênes du service Recherche accidentologique & prévention et de Flottes de véhicules demande à la fois un esprit scientifique et des qualités de conduite. Mais, à 60%, comment assurer cette mission? «A vrai dire, nous avancions nous-mêmes en terre inconnue. A ma première grossesse, mon supérieur de l’époque m’a donné la possibilité de tenter l’expérience.» Et Bettina est passée de 100% à 60%.

Bettina lors des crash tests d’AXA

Dialogue, esprit d’équipe et autonomie

Au début, l’équipe a dû trouver ses marques: «Quand mon temps de présence a diminué, certains membres de l’équipe y ont vu un surcroît de liberté, et d’autres ont été déstabilisés. Sans compter que, prise par les séances, j’étais moins souvent à mon bureau.» Mais l’introduction d’un créneau «Opendoor» pendant lequel elle était disponible pour répondre aux questions a permis de résoudre le problème.

L’expérience le montre: les nouveaux modèles de travail nécessitent de la confiance, un dialogue et une ouverture face au changement.

Bettina Zahnd

«Mais aussi des collaborateurs très autonomes», ajoute celle qui est maintenant mère de deux enfants. Elle n’est pas peu fière de son équipe: «Ils sont très compétents et savent à présent très bien dans quels cas faire appel à moi.» Sa conclusion? Lorsqu’une solution présente de l’intérêt pour toutes les parties concernées, elle génère une foule de nouvelles opportunités, et tant les collaborateurs que l’entreprise y trouvent leur compte.

Collision impliquant trois voitures, un exemple de ce qui peut arriver lorsqu’un conducteur accorde plus d’attention à son téléphone qu’à la route.

Ne pas avoir peur de ce qu’on veut

«Pour mon premier enfant, j’étais ravie que certaines aient ouvert la voie dans l’entreprise. Ces femmes brillantes montraient qu’on pouvait exercer des responsabilités tout en travaillant à temps partiel.» La physicienne veut à son tour partager son expérience. Lors des journées d’information organisées par l’université de Berne à l’intention des gymnasiens, elle incite les jeunes femmes à aller au bout de leurs rêves. «Elles doivent savoir que les entreprises ont besoin d’elles. Même si elles veulent un jour avoir des enfants. Ne pas renoncer, voilà ma devise!»

Partager l’article